L'hippothérapie en question


La thérapie assistée par le cheval est une prise en charge thérapeutique qui permet la rencontre entre une personne en souffrance, un cheval et un thérapeute.

Cette relation se construit dans la confiance et le respect pour aller vers un réel mieux-être au quotidien.

Cet accompagnement est proposé à toute personne (enfant ou adulte) éprouvant des difficultés personnelles (stress, anxiété, dépression, manque de confiance en soi, difficultés relationnelles, échecs scolaires, etc.), qu'elle souffre ou non de handicaps (physiques et/ou mentaux).

Ce type d'expérience peut aussi être une excellente occasion de prendre du temps pour soi, hors de contraintes du quotidien.

Par ailleurs, l'hippothérapie est un bon moyen pour apprendre à gérer ses émotions.

Adulte et hippothérapie, le cas du burn-out.


L'hippothérapie est une rencontre entre un cheval, une personne et un hippothérapeute. Ce type de démarche thérapeutique permet de faire une multitude d'expériences qu'elles soient sensorielles, émotionnelles, relationnelles ou encore de présence à soi, etc.

Je tiens à préciser que le travail de l'hippothérapeute ne se résume pas à faire que la personne s'occupe du cheval, il n'y a pas d'obligation de monter et aucune compétence équestre n'est requise. Même la peur du cheval n'est pas forcément un frein, elle peut être un axe de travail.

Il n'y a pas de séance type, ni de séance prédéfinie. Je travaille avec la personne et avec ce qui se présente sur le moment, ce qu'elle a envie de travailler, pour elle, pour qu'elle se sente avancer dans sa démarche.

La présence du cheval permet le travail dans différents domaines sur les émotions, sur la confiance et l'estime de soi ainsi que sur l'affirmation de soi.
Cette démarche thérapeutique est une démarche expérientielle, une exploration. Elle permet aux personnes de se déposer au centre de qui elles sont vraiment pour pouvoir affronter positivement les défis de la vie.

Il y a tout un travail de réflexion, de remise en question, de ressourcement qui s'opère.

Les bénéfices de cette démarche ?

Expérimenter un espace pour se rencontrer, pour enrichir sa connaissance de soi, sa conscience à soi, pour se relier à ses sensations, émotions, à sa conscience corporelle, pour simplement se connecter à soi.

Je m'efforce de mettre un cadre bienveillant, sécurisé, créatif et respectueux.
Je mets un point d'honneur sur l'éthique, la déontologie, la confidentialité ainsi que sur la bienveillance tant envers les humains qu'envers les animaux.


Pourquoi le Burn-out ?


L'hippothérapie est reconnue dans le secteur du handicap ou pour les enfants, mais elle est très peu promue pour les adultes ayant des difficultés face à la vie. Une des grosses difficultés que peut traverser un adulte, c'est le burn-out.

J'y suis très sensible. Cette problématique me touche particulièrement parce qu'elle est très symptomatique de cette société où on est pressé comme des citrons, toujours stressés, en train de courir dans tous les sens. Il existe un réel besoin de retourner à des valeurs qui échappent à la productivité et l'utilité immédiate. Mon travail vise à permettre un retour à l'essentiel et au naturel grâce aux chevaux. Les séances sont un lieu de confidence, un lieu où les émotions peuvent se libérer. Plus spécifiquement, elles peuvent être un complément à la thérapie « parlée ». C'est une thérapie psycho-corporelle, un lieu de construction, un moyen de gagner en autonomie, un moment de rencontre et de ressourcement.

Chacun peut, de la sorte, prendre SA place et expérimenter, éprouver, tant avec son corps qu'au niveau relationnel.

J'essaye de faire en sorte que la personne puisse petit à petit se réapproprier sa vie, ses envies, ses sensations, qu'elle retrouve un certain plaisir. C'est important de susciter le constat que tout n'est pas absolument noir, que les difficultés présentes ne définissent pas la vie entière et encore moins l'être.

Souvent, les personnes en burn-out sont encore prises dans des injonctions de résultats et de choix déterminants ; elles sont épuisées et découragées à l'avance parce qu'elles ont l'impression de n'être plus capables de rien faire du tout, encore moins de prendre une décision. En travaillant sur des petits objectifs et des choix dont les alternatives sont de toutes façons bénéfiques (un cheval plutôt qu'un autre, par exemple), la personne peut reprendre doucement la main et apprend à s'écouter sans risquer les conséquences d'une décision malheureuse. Elle peut ainsi se voir telle qu'elle est, dans un moment certes difficile mais dont elle a déjà parcouru certaines étapes, soutenue par des chevaux qui sont présents, sans attentes, sans jugements, sur lesquels elle peut monter si elle le veut pour se laisser porter, pour lâcher prise. Ce qui peut aussi se faire juste en « étant là ensemble ». On est un peu comme dans un laboratoire où l'on fait des petites ou grandes expériences sur soi-même. Je propose d'expérimenter, entre autres, la bienveillance envers soi-même, tout comme le cheval est spontanément bienveillant, ancré dans l'ici et le maintenant, dans ses sensations immédiates : espace sans cesse renouvelé de présence à soi que la personne est amenée à découvrir, au-delà ou en-deça du verbal, des spéculations, des ruminations.

L'hippothérapie, ça se vit, ça se ressent.

Le tout se fait à petits pas... je dis souvent aux personnes qui me contactent que mes chevaux ne sont pas des licornes et que je n'ai pas de baguette magique. La confiance en soi se travaille en établissant des petits objectifs que la personne est libre de refuser ou de postposer... et quand elle finit par se rendre compte qu'elle est capable de monter, de guider, de mener le cheval, c'est souvent très gratifiant.

Le burn-out est encore un grand tabou dans notre société. Combien de fois n'ai-je pas entendu : « je ne suis pas malade, je n'ai ni fièvre, ni plâtre... » ; les réactions de l'entourage vont souvent dans ce sens là aussi. En séance d'hippothérapie, il y a moyen de faire un break, de faire « simplement » le constat que la vie est difficile pour le moment, mais que la personne a des possibilités, les solutions en elle. Elle apprend à se reconstruire, à prendre le temps pour elle, au contact du cheval.
Je propose des mises en situation, des mouvements lents, des moments de conscience de sa propre respiration...
L'hippothérapie n'est pas quelque chose de magique, c'est une approche différente. Et comme dans tout travail sur soi, il y a besoin de prendre le temps, d'être ouvert aux piises de conscience.


Pourquoi le cheval ? J'ai une grande passion pour ces animaux. Ce sont des animaux sensibles, affectueux, bienveillants, dans le moment présent. Ils sont dénués de jugement. Ce sont des animaux qui font surgir beaucoup d'émotions, de symbolique. Ils offrent une grande quantités de possibilités, tant sensorielles ( par le toucher, la monte, l'odorat, l'ouïe...) qu'émotionnelles. Une multitude d'émotions, de sensations peuvent surgir à l'approche de cet animal imposant. Cette interaction répétée permet une meilleure gestion de ses émotions. La présence des chevaux est facilitatrice.

hippotherapie